Accueil > La dette > Etat des lieux de la dette publique en République du Congo

Etat des lieux de la dette publique en République du Congo

vendredi 5 janvier 2018

Étude réalisée par la Plateforme Dette & Développement du Congo (PF2D)

Les pays africains en général et les pays pétroliers de la CEMAC en particulier ont été fortement affectés par une série de chocs extérieurs défavorables, particulièrement par la baisse du prix du baril de pétrole, ce qui a contribué à l’accélération de leur crise d’endettement. Les pays pétroliers de la CEMAC, singulièrement le Congo, sont actuellement confrontés à des difficultés dues à une forte absorption de leurs devises étrangères et de leur épargne interne par le service de la dette extérieure. Leurs ressources ne leur permettant plus de financer les projets de développement. Ils sont obligés de signer avec le FMI et la Banque Mondiale des accords afin de pouvoir faciliter leurs relations avec leurs créanciers.

L’objet général de cette étude, commanditée par la coordination de la plate forme dette et développement, est d’apporter une contribution à l’analyse des problèmes d’endettement extérieur du Congo, qui a dû recourir en 2008/2010 à l’appui du FMI et de la Banque Mondiale pour stabiliser son économie et qui s’apprête en 2017 à recourir encore à l’appui de ces deux institutions.

L’étude est articulée en quatre chapitres. Le premier consiste en une brève présentation de la situation économique et sociale du pays, le deuxième, analyse l’évolution globale de la dette en examinant, sa structure et les conditions auxquelles le pays emprunte à l’extérieur, la charge résultant de cet endettement et ses implications économiques. Le troisième chapitre est consacré aux conséquences de la non maîtrise de l’endettement. Le quatrième chapitre est consacré aux enseignements.

Nous avons fait le choix de ne pas retenir la dette intérieure dans notre analyse, bien qu’elle soit un engagement de l’Etat vis-à-vis des créanciers nationaux, et qu’elle peut constituer un frein au développement (faillite des créanciers par exemple). Ce choix est justifié par le fait que l’analyse de la viabilité de la dette par le FMI et la Banque concerne principalement la dette extérieure.

Méthodologie et portée de l’étude

Cette étude est effectuée en juillet-août-septembre 2017. Elle prend en compte essentiellement la période 2010 – 2016, la période précédente ayant débouché sur l’appui des institutions de Bretton Woods. Une attention particulière a été portée sur les projets mis en oeuvre au cours de la période. Une liste non exhaustive des projets mis en oeuvre et les montants des dépenses associées sont présentés.
La méthodologie utilisée pour l’élaboration de cette étude a privilégié l’exploitation d’études et rapports existants ainsi que des entretiens avec les responsables des structures chargées de la gestion de la dette.
L’équipe chargée de la réalisation de l’étude est composée d’un consultant senior et d’une consultante junior chargée de la collecte de données.
Un comité d’orientation et de lecture, composé des membres de la coordination de la plate forme dette et développement (PF2D) a été également mis en place pour l’intégration des points de vue de la société civile.
La méthodologie retenue a comporté deux volets principaux : (1) l’analyse de la dette et (2) l’évaluation de la qualité de la contribution des investissements. Nous avons aussi analysé la qualité des investissements consécutifs à l’endettement (effet de l’endettement sur la qualité de la vie des populations).

Étude sur la dette congolaise