Accueil > La dette > Publication du rapport 2017 sur l’endettement des pays du Sud

Publication du rapport 2017 sur l’endettement des pays du Sud

le nombre de pays en situation critique a encore augmenté

vendredi 17 mars 2017

Alors que les ministres des Finances des Etats du G20 se réunissent à Baden-Baden, en Allemagne, ce 17 mars 2017, une organisation allemande, Jubilée Allemagne, publie son rapport annuel sur l’endettement des pays à bas revenu et à revenu intermédiaire. Se basant sur l’analyse de cinq indicateurs, cette étude révèle non seulement une augmentation significative du nombre de pays en situation d’endettement critique, mais également un détérioration persistante de la situation d’endettement dans un nombre croissant de pays.

Principales conclusions du rapport

  • Le nombre de pays en situation d’endettement critique a encore augmenté (116 pays, soit 33 de plus qu’il y a deux ans) ;
  • Les pays avec les indicateurs les plus élevés sont les pays d’Europe centrale et orientale et de la Communauté des États indépendants et ceux de de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient ;
  • Dans 89 pays, la situation d’endettement a empiré ces quatre dernières années. Dans 27 pays, elle s’est améliorée ou est restée stable. Dans 48 pays, pas un seul indicateur ne s’est amélioré depuis 2011.
  • Une détérioration persistante de la situation d’endettement dans un nombre croissant de pays ;
  • Les pays les plus menacés par une nouvelle crise de la dette sont ceux pour lesquels les indicateurs étaient déjà au rouge ces dernières années et qui ne sont pas parvenus à améliorer leur situation :

Région des pays d’Europe centrale et orientale et de la Communauté des États indépendants : Albanie, Kirghizstan, Arménie, Kazakhstan, Monténégro, Géorgie, Croatie, Ukraine, Chypre, Bosnie-Herzégovine, Serbie.

Afrique Subsaharienne : Cap Vert, Mozambique, Ghana, Mauritanie, Gambie, Soudan, Maurice, Zimbabwe.

Amérique latine/Caraïbes : Brésil, Colombie, Barbade, El Salvador, Antigua-et-Barbuda, Uruguay, Dominique, Saint Vincent-et-les-Grenadines, Nicaragua, Venezuela.

Asie/Pacifique : Bhoutan, Samoa, Sri Lanka, Mongolie, Tonga, Pakistan, Laos.

Afrique du Nord/Moyen-Orient : Tunisie, Jordanie, Yémen, Liban.

  • Les groupes de pays les plus affectés sont : les petits États insulaires en développement, les Pays Pauvres Très endettés (PPTE) ayant atteint le point d’achèvement, les États en transformation et ceux à industrie extractive .

Une tendance générale à la détérioration

La comparaison avec les résultats de l’année dernière montre qu’il y a une tendance générale à la détérioration des indicateurs dans toutes les régions (bien qu’elle soit moindre en Asie, et particulièrement inquiétante partout ailleurs).
On constate également qu’entre 2011 et 2015, davantage d’indicateurs montrent une détérioration qu’entre 2010 et 2014.
Il y a par conséquent fort à parier que les résultats de l’année prochaine témoigneront d’une nouvelle détérioration de la situation.

Une nouvelle catégorie de pays vulnérables : les victimes de la baisse du cours des matières premières

Ces dernières années, Jubilée Allemagne avait déjà identifié trois catégories de pays particulièrement vulnérables à de nouvelles crises de la dette :

  • Les petits États insulaires en développement dont l’économie est peu diversifiée et très vulnérable aux chocs extérieurs ;
  • Les États en transformation de l’ex Union soviétique et d’Europe de l’Est qui ont financé leur transition d’une économie centralisée vers une économie de marché par des importations de capitaux ;
  • Les États dont la dette a été allégée dans le cadre de l’Initiative PPTE et qui ont grâce à cela gagné un accès aux marchés de capitaux. Certains ont si bien accédé à ces marchés qu’ils se sont ré-endettés de manière significative quelques années seulement après l’allègement de leur dette. 33 pays de ce groupe de pays ayant atteint le point d’achèvement de l’Initiative ont un pu plusieurs indicateurs montrant une situation critique.

Un nouveau groupe de pays est identifié dans ce rapport, celui des pays qui ont été particulièrement affectés par la récente baisse des cours des matières premières : 20 pays dont 75% des rentrées en devises sont liées à l’exportation de produits agricoles, pétrole et/ou métaux et minéraux, ou dont au moins 50% de ces rentrées sont concentrées sur un seul de ces secteurs.

Où frappera la nouvelle crise de la dette ?

Les indicateurs étudiés dans le rapport permettent d’identifier certains pays particulièrement à risque :

  • Un certain nombre de pays dont les indicateurs révèlent une situation inquiétante d’endettement, sont des pays dont l’économie dépend de l’exportation que quelques matières premières (la Gambie, la Mauritanie, le Mozambique, la Mongolie et le Kazakhstan), ce qui les place en situation particulièrement à risque.
  • Pour d’autres pays, comme le Ghana, l’Angola, la Zambie ou encore le Niger, les indicateurs montrent une dégradation de la situation mais pas de situation alarmante. Toutefois, aucun des pays dans cette catégorie dans le rapport de 2016 n’est parvenu à améliorer sa situation l’année suivante. Il y a par conséquent fort à parier que la situation d’endettement de ces pays ne fera que se dégrader à l’avenir, et qu’ils sont de fait déjà tombés dans le piège de la dette.
  • Le Bhoutan et la Jordanie font partie des pays ayant été contraints de compenser des chocs extérieurs (tremblement de terre au Bhoutan et conséquences du conflit syrien voisin pour la Jordanie) par des prêts exceptionnels. Comme aucune mesure d’allègement appropriée n’a été proposée par leurs créanciers, ces pays courent le risque de connaître une véritable crise de la dette souveraine.

Retrouver des extraits du rapports en anglais :

Plus d’informations sur le site de Jubilée Allemagne : http://erlassjahr.de/